Le WASCAL : une institution académique dédiée à la lutte contre le changement climatique

Nous relayons régulièrement sur notre site les propositions de bourses d’études offertes par le WASCAL. Cette semaine, nous vous emmenons à la découverte de ce programme initié en 2010, sous l’égide du ministère allemand de l’éducation et de la recherche.

Qu’est-ce que le WASCAL ?

Lancé en 2010 et entré dans sa phase active en Octobre 2012, le centre ouest-africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (WASCAL, ou West African Science Service Center on Climate Change and Adapted Land Use) est un programme de recherche né de la volonté de mieux appréhender les effets du réchauffement climatique sur les populations d’Afrique de l’Ouest, et ce afin de préserver la biodiversité et soutenir un développement durable.

Wascal

Financé par le Ministère Fédéral Allemand de l’Education et de la Recherche, le WASCAL offre chaque année, par le biais de son programme de recherche doctorale, des bourses d’études et de recherche à des ressortissants éligibles des dix (10) pays partenaires de la sous-région ouest-africaine, dont le Niger.

Pour atteindre son objectif majeur, le WASCAL met  en commun les capacités de recherche et d’expertise dans le domaine du changement climatique de ces dix (10) pays aux côtés de celles d’institutions allemandes.

La conduite du programme est assurée au Niger par l’université Abdou Moumouni. Des personnes ressources venant d’autres institutions, telles que le Centre Régional AGRHYMET /CILSS ou encore l’ASECNA, sont également mises à contribution.

Les composantes du WASCAL

Le programme est sous-tendu par une configuration triptyque dont les composantes sont :

  • le Centre de Compétence, chargé de mener des recherches sur les impacts du changement climatique et les mesures d’atténuation et d’adaptation, études qui seront ensuite mises à la disposition des décideurs politiques et des autres acteurs sous forme d’appui-conseil ;
  • le Programme de Recherche Principal, qui sert d’appui aux activités scientifiques du Centre de Compétence ;
  • le Programme de Recherche Doctorale, qui entend contribuer à la formation d’une nouvelle génération de chercheurs et au renforcement des capacités des décideurs politiques africains dans le domaine du changement climatique et de la gestion.

Focus sur le programme de recherche doctorale

Grâce au  programme de recherche doctorale, le WASCAL offre chaque année des bourses dédiées à la recherche de niveau doctorat et master. Pour le compte de l’année académique 2013-2014, ce sont ainsi d’ores et déjà neuf (9) appels à candidature pour programme de bourses qui ont été lancés.

a-      Les bourses de recherche niveau master

Le WASCAL se donne pour objectif de vous soutenir dans l’obtention de votre master en accompagnant chaque année, sur une durée de quatre (4) semestres, dix (10) étudiants par filière ; étudiants, qui, au sortir de leur formation, seront capables de comprendre les risques associés au changement climatique, s’approprier les techniques de protection préventive, mais aussi améliorer les capacités de résistance des populations victimes des aléas climatiques.

Le détail des filières de recherche ouvrant droit à de tels financements, ainsi que leurs critères d’admissibilité, sont disponibles ici :

 b-     Les bourses de recherche doctorale

L’enjeu majeur à travers ce programme de financement de la recherche doctorale est de renforcer les capacités de recherche et d’infrastructure dans le domaine du changement climatique en Afrique de l’ouest à travers une collaboration interuniversitaire.

Pour plus de détails de détails sur les six filières ouvrant droit à l’octroi de bourses, ainsi que leurs critères d’admissibilité, nous vous invitons à consulter ces pages :

Les opportunités d’emploi

Au sortir de leur formation, les boursiers seront équipés du diplôme et du bagage requis pour officier en tant  que responsables scientifiques, gestionnaires de ressources naturelles ou en tant qu’universitaires.

Grâce au caractère pluridisciplinaire et multinational de la formation, de réelles possibilités d’exercer existent dans des organismes et corps de conservation de la biodiversité, agences foncières et forestières, réserves naturelles, agences de protection de l’environnement, ministères de l’agriculture, des ressources en eau ou du sol.

Au-delà de l’aide financière qu’elle apporte pour la formation des ressortissants de ses pays partenaires, le WASCAL participe activement à la réduction de la pauvreté par la protection de la biodiversité. La dégradation continue de celle-ci est aujourd’hui source d’inquiétude majeure dans le monde, avec aux premières loges, les pays d’Afrique de l’ouest subsaharien, décrits comme correspondant à la zone la plus touchée du continent.

Pour aller plus loin :

Le site web du WASCAL

La personne à contacter au Niger : Dr. Alassane ABDOULAYE, Maître de Conférences en Chimie, Doyen de la Faculté des Sciences et Techniques, Université A. Moumouni.

  • B.P.: 10662 Niamey (NIGER)
  • Tel.: (227) 93 93 20 00    (227) 94 99 37 10
  • E-mail: aabdouy(at)yahoo.com

Les dix pays d’Afrique de l’ouest membres du WASCAL :

  • Bénin ;
  • Burkina-Faso ;
  • Côte-d’Ivoire ;
  • Gambie ;
  • Ghana ;
  • Mali ;
  • Niger ;
  • Nigéria ;
  • Togo ;
  • Sénégal.

Article rédigé par Kochoni Oluwafèmi, étudiant en maîtrise à l’université d’Abomey-Calavi au Bénin.

Share