picture courtesy of Patricia Drury

Pour beaucoup d’entre nous, Harvard symbolise l’excellence académique, un but inatteignable pour le commun des étudiants… surtout s’ils sont originaires d’Afrique.

En effet, Harvard est une université extrêmement sélective. Si l’on exclut les programmes courts de formation continue, plus accessibles, force est de constater la très faible représentativité des ressortissants nigériens dans les programmes de cet établissement.

Toutefois, accéder à cette prestigieuse université n’a rien d’impossible pour nos élèves les plus brillants et les plus déterminés.

Désireux de casser les mythes et comptant sur l’effet d’émulation, nous avons trouvé la seule Nigérienne à avoir intégré un programme long d’Harvard. Elle nous explique la merveilleuse aventure qu’elle a débutée en décidant de postuler à Harvard.

Bonjour, peux-tu te présenter?

Bonjour, je suis Halimatou Hima, ancienne élève du Collège Mariama et du Armand Hammer United World College.
Née à Arlit, j’y ai poursuivi mes études jusqu’en classe de cinquième. Je suis la troisième d’une famille de six enfants.
Je suis diplômée d’un bachelor en relations internationales et économie au Wellesley College, et poursuis mes études en Master des politiques publiques à la John F. Kennedy School of Government au sein de l’université de Harvard.

Peux-tu, en quelques lignes, nous  présenter Harvard University – John F. Kennedy School of Government?
Harvard Kennedy School of Government
est une institution d’études supérieures qui vise à former des leaders consciencieux, talentueux et ingénieux prêts à affronter les défis auxquels fait face le monde d’aujourd’hui que ce soit dans le secteur public que privé, au niveau local ou international. Harvard Kennedy School of Government se veut être une plateforme dynamique qui réunit, et ce depuis plus de 75 ans, entrepreneurs sociaux, responsables d’organisations non gouvernementales, et autres décideurs de haut niveau de tous les coins du monde.

 Les programmes à Harvard Kennedy School sont structurés d’une manière qui encourage un esprit critique pour une compréhension plus approfondie ; un esprit de recherche pour une pratique plus efficace ; un esprit de curiosité intellectuelle pour la pratique d’une politique publique plus inclusive et réussie.

 Au delà des apprentissages en classe, auprès des collègues et pairs ou lors des forums qui ont réuni plusieurs Lauréats de Prix Nobel, Chefs d’Etat, et autres haut officiels, la question fondamentale qui lie d’une manière ou d’une autre tous les étudiants de Harvard Kennedy School se résume a deux phrases prononcées lors d’un discours historique par le Président Américain John F. Kennedy, « Ne demandez pas ce que notre pays peut faire pour vous. Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

Peux tu nous présenter le Programme (Master) Edward S. Mason ? à qui s’adresse ce programme ? Quelle est la durée du master ?
J’ai l’honneur d’avoir été reçue pour le Master in Public Policy (MPP), qui est un programme de deux (2) ans pour les professionnels ayant au minimum un Bachelor (Bac+4) avec quelques années d’expérience. Le programme est très compétitif, et une admission à Harvard demande une préparation assidue et infatigable, beaucoup de patience, beaucoup de courage, et surtout une bonne dose de prière ! Le taux d’admission est extrêmement bas, ce qui fait que beaucoup d’étudiants exceptionnels n’y sont pas acceptés.

Le Mason Program est un programme d’un (1) an spécialement conçu pour les professionnels ayant un certain nombre d’années d’expérience (a peu près cinq ans ou plus) et surtout des antécédents qui démontrent un engagement à une cause publique.

Quels avantages auront les cadres à faire ce master ? Quel impact peut avoir cette formation sur la compétitivité personnelle, et plus globalement sur l’administration dans laquelle ce cadre est détaché?
C’est toute une vie que je n’osais imaginer qui s’est ouverte à moi. Je vis chaque jour à Harvard comme un cadeau de Dieu, consciente que cela vient avec un certain degré de responsabilité. Ce sentiment, beaucoup de mes collègues à Harvard Kennedy School le partage. Il n’est de ce fait pas étonnant de trouver des anciens de notre université au devant de changements sociaux, politiques, et structurels importants dans plusieurs pays du monde. Les exemples sont nombreux, Ban Ki Moon (Secrétaire General des Nations Unies) ; Helen Johnson-Sirleaf (Présidente du Liberia) ; Felipe Calderon (ancien Président du Mexique) ; le Président actuel de la Mongolie ; plusieurs ministres et ambassadeurs ainsi que des responsables d’organismes internationaux, nationaux et institutions locales. Une fois qu’on franchit les portes de Harvard, on est certain d’en ressortir différent ; plus humble car confrontée à des talents exceptionnels ; plus sûre de soi car on aura survécu et parfois même excellé au sein de ce pool ; plus convaincue de la nécessite d’un leadership public compatissant et rigoureux, ingénieux et simple, mais aussi engagé et courageux.

Quel est le processus d’admission ? les dates ? le processus de candidature ?
Comme pressenti, le processus d’admission demande un niveau de détermination et de discipline personnelle. Mon programme Master in Public Policy et le Mason Program ont des demandes particulières pour les dossiers. Mon programme par exemple demande à ce que les candidats soumettent les résultats des tests de GRE (test d’aptitude en Mathématiques et en Langues) ; les résultats du TOEFL (test d’aptitude linguistique en Anglais) ; plusieurs dissertations ; des exemplaires de rédaction ; les relevés de note scolaire certifiés ; et trois (3) lettres de recommandations de la part d’anciens professeurs et de superviseurs. Je puis vous assurer que planifier, tenir et finaliser chacun des points cités plus haut demandent extrêmement de travail. Je dis cela pas pour vous décourager, mais plutôt pour vous inciter à commencer tôt. C’était difficile, parfois fatiguant de constituer et compléter ce dossier, mais je puis vous assurer qu’une lettre d’admission de Harvard University en vaut la peine ! Aussi, ce processus est une excellente opportunité pour faire une introspection profonde sur la contribution que vous aimeriez apporter dans un secteur particulier, pour une population particulière, et pour votre pays. You can do it ! (Pour plus d’informations, faites référence au site suivant : http://www.hks.harvard.edu/degrees/admissions)

Quels sont les frais de scolarité? Quels sont les sources de financement possibles ?
Le cout des études a Harvard Kennedy School varie selon les programmes. Pour le Mason Program, la seule année d’études coute approximativement $81,638 (40 millions de Franc CFA). Le programme pour lequel j’ai été accepté, Master in Public Policy, est estimé a $70,802 l’année, soit $141,604 (à peu près 70 millions de Franc CFA).

 Source : http://www.hks.harvard.edu/degrees/sfs/prospective-students/tuition/intl

 Néanmoins, ces montants ne devront pas vous effrayer. Harvard University emploie un système de « need-blind » qui veut dire que l’évaluation des dossiers des étudiants est faite sans tenir compte de leurs besoins financiers. Cette politique a permis à Harvard University d’inviter à son bord les esprits les plus brillants en dehors de toute autre considération, quelque soit leur pays d’origine, leur situation financière ou familiale.

Des programmes de bourses existent pour permettre aux meilleurs étudiants d’intégrer Harvard. J’ai moi-même bénéficié de la « Presidential Fellowship” ainsi que de trois autres bourses d’excellence qui me permettent de mener à bien mes études.

Le processus de selection des candidats à la bourse est lui aussi très sélectif, mais l’administration d’ Harvard vous soutiendra si elle estime que vous méritez d’intégrer le cursus visé.

En dehors d’Harvard, il y a également la possibilité de contracter un emprunt ou de postuler à une bourse extérieure à l’université. Vous trouverez plus d’informations sur le site : http://scholarship-positions.com/

Quels sont les moyens pour avoir de plus renseignements ? De contacter l’université ?
Pour plus d’informations sur les programmes de Harvard Kennedy School, vous pouvez contacter admissions@hks.harvard.edu , l’adresse officielle du site d’admission de l’école. Si vous êtes déjà à un niveau avancé dans la constitution de votre dossier, je reste à votre disponibilité pour aider le maximum de Nigériennes et Nigériens à accéder à cette opportunité unique. [ndlr: pour contacter Halima, veuillez envoyer un mail expliquant votre parcours et votre projet de formation à contact (ar0base) ose-niger.org. Nous ferons suivre à Halima les messages que nous jugerons les plus sérieux afin d’éviter de la surcharger. Merci de votre compréhension.]
J’espère sincèrement que ces quelques informations vous seront utiles, mais surtout au delà de l’information, j’espère surtout que mon admission a Harvard University – John F. Kennedy School of Government sera un précurseur pour une vague ininterrompue d’admissions pour le Niger.

Le mot de la fin?
Nothing is impossible if you set your mind to it, work hard, plan well, act with good intentions, and dare to dream unlikely dreams.

Interview réalisée par Samaïla Ibrahim, étudiant à l’école d’ingénieurs de physique, électronique, matériaux. (INP Grenoble).

Vous pouvez également écouter  Halima parler de son expérience au quotidien à Harvard Kennedy School dans la vidéo suivante:

[Note de l’équipe d’Ose-Niger: Début avril 2013, Halima a été invitée par la Fondation Bill et Melinda Gates à donner une conférence lors d’un événément TED. Retrouvez l’intégralité de son intervention sur youtube: TED Conference Halima Hima ]

Share